top of page
  • Marc Reisinger

La peau de chagrin palestinienne


J'ignore si ces cartes sont exactes dans tous leurs détails, mais elles représentent l'évolution globale des territoires israélien et palestinien. Elles sont généralement présentées pour illustrer la fureur conquérante d'Israël. S'agit-il vraiment de cela?


1) La carte de 1946 représente la situation à l'époque où les Britanniques étaient responsables du territoire (depuis la chute de l'empire ottoman en 1918).


Il manque un élément important: la Palestine du mandat britannique représentait un territoire beaucoup plus grand, dont les 4/5 ont été remis aux Arabes pour former la Transjordanie (actuellement Jordanie).


La Palestine indiquée sur cette carte représente donc 1/5 de la Palestine totale. Les zones en jaune étaient habitées par des Juifs.


2) Sur cette base, les Anglais ont préparé un plan de partage, voté par l'Assemblée Générale des Nations Unies en 1947 et accepté par Israël, qui a déclaré son indépendance en 1948. Ceux qu'on appellera plus tard les Palestiniens ont refusé le territoire qui leur était proposé pacifiquement.


3) Les populations arabes locales ont déclenché une guerre civile et les pays Arabes environnants ont attaqué Israël. Ils ont perdu la guerre et la ligne de cessez-le-feu se dessine sur cette carte.


4) La guerre de 1967 et l'échec de toutes les négociations de paix ultérieures ont mené à la situation actuelle.


Les conclusions que j'en tire sont que :


1) La stratégie arabe aboutit à l'opposé du but recherché, qui était le contrôle de la totalité du territoire palestinien.


2) L'attaque actuelle contre Israël met fin à tout espoir d'autonomie palestinienne. Israël reprendra d'une manière ou d'une autre le contrôle de Gaza et ne créera pas de nouvelle zone palestinienne autonome, avec un réseau de souterrains et des roquettes à proximité de Tel Aviv et Jérusalem.


3) Le Hamas et les mouvances associées ont signé leur arrêt de mort au lieu de déclencher une grande solidarité des Etats arabes. Seul l'Iran les soutient, que la plupart des pays arabes craignent comme la peste et qui se trouvera peut-être en difficulté sous peu.


Les Palestiniens se retrouveront à la fin misérables, comme le héros de la Peau de chagrin de Balzac.

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page