top of page
  • Marc Reisinger

Heidegger et le nazisme

Dernière mise à jour : 15 août 2023

Très curieusement, un philosophe nazi est devenu le héros culturel de la philosophie française, dès la fin de la deuxième guerre mondiale. J'y vois une résurgence perverse de l'antisémitisme largement répandu dans le monde culturel français, loin d'avoir été éteint par l'affaire Dreyfus. Après le génocide des Juifs, largement étouffé à cette époque, recycler un philosophe nazi impliquait qu'on blanchisse son passé. D'où le mythe de l'adhésion brève et tactique du "plus grand philosophe du siècle" au mouvement nazi.


Malgré quelques articles clairs parus à ce sujet peu après la guerre, le mythe n'a commencé à s'effondrer qu'avec le livre de Victor Farias, Heidegger et le nazisme (1987). Un philosophe chilien avait osé - un métèque en quelque sorte - produisant des documents irrévocables sur le nazisme durable d'Heidegge Il entraîna un polémique intense, qui ne suffit pas à déboulonner le Grand philosophe. Il fallut attendre encore vingt ans pour qu'Emmanuel Faye, Heidegger l'introduction du nazisme dans la philosophie (2005) démontre qu'Heidegger n'était pas seulement un philosophe nazi, mais que sa philosophie même était nazie. Je pense que l'affaire était à peu près pliée à cette époque, mais la parution posthume des Cahiers Noirs d'Heidegger, qui révèlent clairement les soubassements nazis de toute sa pensée, ont rafraîchi la question à partir de 2014.


J'ai voulu sauvegarder ici des notes de 2013 à 2022, visant à recueillir les éléments les plus flagrants sur le nazisme et l'antisémitisme d'Heidegger, devenu indubitable pour tout observateur honnête. Il est temps en effet que, comme le demande Emmanuel Faye, l'oeuvre d'Heidegger passe du rayon philosophie à celui de l'histoire du nazisme, car une philosophie fondée sur une vision raciste de l'homme - que ce racisme soit baptisé métaphysique on non - n'est pas une philosophie digne de ce nom.


Vaguement nazi ? (2013)

"Heidegger passe volontiers pour un auteur abscons, vaguement nazi" écrit sur Causeur.fr, une certaine Eugénie Bastié , qui évoque "l’adhésion supposée d’Heidegger aux idéaux nationaux-socialistes"... "Ce serait se tromper de croire qu’un tel génie puisse avoir participé en âme et conscience à la folie destructrice hitlérienne, même si il a bel et bien eu sa carte au NSDAP en l’an funeste 1933"...


En 2013, on continue donc à édulcorer le nazisme d'Heidegger, qui écrivait: "Le vrai et unique Führer fait signe dans son être vers le domaine des demi-dieux..." et parlait de la "dangereuse alliance internationale des Juifs". A Jaspers qui lui demandait comment un homme aussi inculte qu' Hitler pouvait gouverner l'Allemagne, Heidegger répondit :­ "La culture est sans importance du tout, regardez seulement ses mains"...

 

Juiverie mondiale (2014)

«La Juiverie mondiale, aiguillonnée par les émigrés que l’on a laissé quitter l’Allemagne, est partout insaisissable et n’a pas besoin, en dépit du déploiement de sa puissance de participer à des actions de guerre, tandis qu’il ne nous reste qu’à sacrifier le meilleur sang des meilleurs de notre propre peuple» (Heidegger, 1941)

 

Nazisme et Ku Klux Klan (2014)

Imaginons un philosophe appartenant au Ku Klux Klan et soutenant son idéologie raciste. Des intellectuels soucieux de leur propre image (à défaut de se soucier de l'humanité), oseraient-ils l'idéaliser et tenter de dissocier son idéologie de sa philosophie ?


C'est pourtant ce qui se passe avec Heidegger, en dépit du fait que la cohérence entre l'antisémitisme, le national-socialisme et sa philosophie apparaisse au grand jour. Faut supposer que le nazisme est moins révoltant que le Ku Klux Klan. Pourquoi?

 

Régénérer l'Europe (2014)

"Les peuples ont un destin et celui du peuple allemand est de renouer avec l'Etre pour régénérer l'Europe: voilà l'idée meurtrière dont le penseur allemand sera à jamais comptable." (Eric Aeschimann, Obs 19/9/2014)

 

Pas un admirateur du nazisme? (2014)

"Si, comme beaucoup d'Allemands, il avait été séduit au début par Hitler, il n'en était pas un admirateur... " (Magazine Littéraire)

C'est quoi la différence entre admirer et "être séduit" ?

"Le vrai et unique Führer fait signe dans son être vers le domaine des demi-dieux...", écrit Heidegger en 1935.

 

BHL : après le sauvetage de la Lybie, celui d'Heidegger (2015)

Dans son inimitable style, BHL débarque d’un jet pour conclure un colloque de quatre jours, auquel il n’a pas assisté car il était pris à New York, par rien moins que l’assemblée générale des Nations Unies.


Il fait un exposé limpide, où il démontre qu’il n’a pas fallu attendre les Carnets Noirs d’Heidegger pour savoir que l’antisémitisme de ce dernier était inséparable de sa philosophie. Néanmoins, BHL n’est pas d’accord pour ranger Heidegger aux rayons de l’histoire de la pensée nazie. Cela obligerait à mettre en question trop d’auteurs, comme Lacan, Foucault, Derrida (et lui-même) ainsi que l’anti-humanisme dominant la pensée française depuis 40 ans.


Moi je me demande pourquoi ne pas effectuer ce travail salutaire (qui n’effraie pas Onfray), plutôt que de continuer à se coltiner le « druide nazi » (Deleuze) comme compagnon de route. Une partie de nos problèmes actuels viennent de cet antihumanisme et du relativisme associé.

 

Soumission inattendue (2015)

Finkielkraut semble incapable d'accepter les limites que le nazisme d'Heidegger fixe à sa philosophie, limites définies et dépassées par l'humanisme de Levinas.

Après un quart d'heure d'exposé limpide, Finkielkraut divague sur l'architecture contemporaine, la technique, le téléphone portable... et reste subjugué par celui que Deleuze qualifiait de "druide nazi".

 

Génocide = autodestruction (2015) En 1941/42, Heidegger écrit : « Quand dans un sens métaphysique, ce qui est essentiellement ‘juif’ combat ce qui est juif, l’Histoire atteint le point de culmination de l’autodestruction »


Les Juifs se sont donc anéantis eux-mêmes: ce type était dingue et antisémite.

 

Sartre et Heidegger (2016)

Petite histoire qui en dit long sur l’hypocrisie humaine, le narcissisme des grands auteurs et le sérieux à leur accorder:

Quand Sartre publia (en 1943) « L’Etre et le Néant », dont le titre est un écho de « L’Etre et le Temps », Heidegger lui écrivit : « Votre travail est dominé par une compréhension immédiate de ma philosophie que je n’avais pas encore rencontrée ».


En privé, son commentaire fût, selon l’enseignant américain Hubert Dreyfus :

« Comment pourrais-je envisager de lire cette merde? »

Sartre de son côté ne voyait aucun intérêt à discuter avec des philosophes vivants.


Chacun construit son bunker autistique et attend que les disciples frappent humblement à sa porte.

 

Auto-extermination des Juifs (2016)

"Heidegger a pu écrire, y compris après Auschwitz, que les Juifs, agents de la technique haïe, sont les fauteurs de la «désertification » du monde provoqué par la modernité, que leur extermination industrielle n’a été qu’une « auto-extermination » dont les Allemands ne portent pas la culpabilité "; ; à cause des phrases ignobles, insupportables qui parsèment ses Cahiers, déshonorant jusqu’à l’exercice même de la philosophie, ce pardon s’avère impossible. Du reste, Heidegger ne l’a jamais demandé, pas même à ses connaissances juives, telles que Hannah Arendt, Paul Celan, Hans Jonas ou Martin Buber rencontré en 1959, dont tous ignorèrent l’extrémisme des conceptions antijuives confiées à son seul journal et les préjugés triviaux auxquels il donna des allures de concepts."

(Nicolas Weil, Le Monde 12/2/2016)

 

Auto-annihilation (2017)

«Quand l’essence "judaïque" combat au sens métaphysique contre le judaïque, alors l’apogée de l’auto-annihilation est atteinte dans l’Histoire » (Heidegger, GA97 : « Wenn erst das wesenhaft « Jüdische » im metaphysischen Sinne gegen das Jüdische kämpft, ist der Höhepunkt der Selbstvernichtung in der Geschichte erreicht»). Les Juifs se sont détruits eux-mêmes. C'est bien fait, na ! Sommet de l'antisémitisme.

 

Le problème avec les Juifs (2017) "Une des formes les plus dissimulées et peut-être la plus ancienne du gigantesque [*] est l’opiniâtre compétence pour la comptabilité et le trafic, ainsi que la tendance à tout mélanger, par lesquelles est fondée l’absence de monde du judaïsme." (Heidegger, Cahiers noirs, GA95, p. 97) traduit par Stéphane Domeracki

[*] Le "gigantesque" est "la rationalisation et la technicisation totalisantes du monde".

 

National-socialisme (2017)

« Lorsque le Führer parle sans cesse de la rééducation en vue de la vision du monde national-socialiste, cela ne signifie pas : inculquer n’importe quel slogan, mais produire une transformation totale, un projet mondial, sur le fondement duquel il éduque le peuple tout entier. Le national-socialisme n’est pas n’importe quelle doctrine, mais la transformation fondamentale du monde allemand, et comme nous le croyons, du monde européen… »

(Heidegger, cité dans Emmanuel Faye, Arendt et Heidegger: Extermination nazie et destruction de la pensée, 2017, pp194-195)

 

Autodestruction d'Heidegger (2017)

Les fragments connus des Cahiers Noirs (non publiés en français) suffisent à retirer Heidegger de la Bibliothèque Rose où ses adorateurs ont voulu le ranger, comme "grand penseur", "berger de l'Etre", etc.


Heidegger tenait à ce que ces cahiers fassent partie des 103 volumes de ses oeuvres complètes après sa mort. Or la violence nationale-socialiste et l'antisémitisme radical de ces textes fissurent entièrement l'édifice pompeux de sa philosophie.

Par cette bravade, celui qui considérait l'extermination des juifs comme un processus "d'autodestruction" (sic), a donc fini par s'autodétruire lui-même, à l'exemple du Fürher qu'il prenait pour un "demi-dieu" (re-sic).

 

Ce sont les Juifs qui ont tué les Allemands (2017) Contrairement à ce qu'on croit, ce ne sont pas les Allemands qui ont assassiné les juifs, mais les juifs qui se sont "auto-anéantis" et qui ont exploité et mis à mort les Allemands. Qui peut encore accorder le moindre crédit à ce "grand philosophe", "grand philologue", "grand salaud", ou "grand con" ?


CITATION : "La vraie défaite ne consiste pas dans le fait que « le Reich » fut fracassé, les villes détruites, les hommes mis à mort dans une machinerie de mort invisible, mais plutôt dans le fait que les Allemands se sont laissés emporter à travers l’autre dans l’auto-anéantissement, et se sont laissés exploiter par lui sous l’apparence plausible qu’il aurait été éliminé par les régiments de terreur du « nazisme. »"(Heidegger, GA97, p. 156.)

 

Heidegger soutenu pour son nazisme ? (2017)

La philosophie de Heidegger n'est pas critiquée « à cause » de son nazisme. Mais toute critique de sa philosophie est écartée, comme si elle ne visait que son nazisme.

On tente de sauver la philosophie d’Heidegger « grâce » à son nazisme. Ce que laisse penser le titre du recueil de textes publié en réaction au livre d’Emmanuel Faye de 2005 : «Heidegger, à plus forte raison…» (2007).

 

Racisme snob (2017)

Heidegger méprise le racisme biologique vulgaire au nom d'un racisme plus snob, une sorte de génétique spirituelle ("l'essence judaïque"), plus profonde que la génétique matérielle. Son antisémitisme est plus proche du moyen âge que de la modernité.

 

National-socialisme snob (2017)

« Aujourd’hui, on peut déjà parler d’un « national-socialisme vulgaire » ; par cela, j’ai en vue le monde, les critères, les exigences et les positions ordonnées et estimées des écrivailleurs du jour et des faiseurs de culture. De là vient, sous l’appel naturellement écervelé au « Mein Kampf » de Hitler, une doctrine tout à fait déterminée de l’Histoire et de l’homme ; cette doctrine peut-être décrite comme un matérialisme éthique" (GA94, p. 142).

 

Heidegger et Walter Benjamin (2017)

Je lis dans la Repubblica (article absent sur le net) que Walter Benjamin s'était juré de mettre en pièces l'Etre et le Temps, mais n'a jamais eu le temps de le faire. En googlant Benjamin et Heidegger je ne trouve quasiment que des commentaires qui les rapprochent et ignorent cette animosité.

 

Mépris de l'animalité (2017)

Le mépris de l'animalité chez Heidegger relève de la grandiosité (*) et ouvre au mépris de l'humanité et des Juifs en particulier, censés ne pas avoir de "monde", comme les animaux.

(*) Cfr : Alice Miller, "La dépression et la grandiosité: deux formes parentes du trouble narcissique", in Le Drame de l'enfant doué, PUF, 1983)

 

Ultra-nazisme d'Heidegger (2017)

Heidegger rêve-t-il d'extermination? Non, il n'est pas assez humain pour ça. Ça peut sembler paradoxal, mais il ne sent pas. Sa relation aux autres est si abstraite qu'il n'est pas plus capable de comprendre la souffrance que de la vouloir.


Il rêve de "domination de toute la terre", comme un sale gosse. C'est pour ça que les nazis ne l'ont pas pris au sérieux. Il leur paraissait ridicule. Il leur foutait peut-être aussi les jetons avec son jargon déshumanisé.


« Le nazisme est un principe barbare. C’est sa plus essentielle et potentielle grandeur. Le danger n’est pas lui-même – mais qu’il soit galvaudé en une prédication sur la vérité, le bon et la beauté » (GA94, p.194)


« Le national-socialisme serait beau en tant que principe barbare – mais il ne devrait pas être aussi bourgeois » (Correspondance avec Bauch, p.29-30.)

 

Absence de repentir (2017)

« Ici, tout le monde ne pense qu’à l’effondrement. Mais la vérité est que nous autres Allemands ne pouvons nous effondrer, car nous n’avons pas encore surgi. Nous devons marcher à travers la nuit. » (1945)

 

Hannah Arendt (2017)

On a reproché à Hannah Arendt de rappeler que des organisations juives s'étaient laissées utiliser par les nazis pour aggraver le génocide (ce qui est vrai). Mais elle-même s'est laissée rouler dans la farine en minimisant l'antisémitisme d'Eichmann et le nazisme d'Heidegger.


Paradoxe: selon elle, Eichmann n'est pas antisémite, car il ne pense pas. Heidegger n'est pas antisémite, car il pense. Existe-t-il alors un nazi antisémite?

 

Les Juifs ne sont pas morts (2022)

"Certains ne parviennent jamais à mourir leur mort (dixit Heidegger). Le fait que les victimes périssaient comme des bêtes, ne tenait donc pas pour Heidegger, en 1949, à l'inhumanité des bourreaux, mais découlait de l'essence des victimes laquelle n'était pas à la hauteur de la mort." (Sidonie Kellerer, Université de Cologne) https://www.academia.edu/43032449/%C3%8Atre_et_temps_un_livre_pour_tous_et_pour_chacun?


38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page