top of page
  • Marc Reisinger

Euthanasie : se mettre à la place de l'autre

Dernière mise à jour : 9 juin 2023



On peut changer d'avis. Surtout lorsqu'on est concerné... mais l'humanité consiste à se mettre à la place de quelqu'un d'autre avant de se trouver à sa place.


Paulette Guinchard-Kunstler, ancienne députée PS et ancienne secrétaire d'Etat approuvait en 2004 un texte de loi encore en vigueur affirmant :


"Le refus de l'obstination déraisonnable définie par les critères d'inutilité et de disproportion. Il affirme un droit de refus de traitement par le malade conscient. La légalisation de l'euthanasie, à l'instar des législations hollandaise et belge, aurait-elle été une meilleure solution ? Nous pensons que non..."


Seize ans plus tard, en 2021, lorsqu'il s'est agi d'elle à l'âge 71 ans, Paulette Guinchard pensait plutôt que oui. Elle a même opté pour la solution plus radicale du suicide assisté.


Lionel Jospin a déclaré à son sujet :


"Paulette Guinchard a choisi sa mort, et elle en a fait un acte politique. L’ancienne élue a eu recours au suicide assisté en Suisse. Paulette souhaitait sans doute qu’à l’occasion du choix qu’elle a fait pour la fin de sa vie, cette question soit à nouveau évoquée, elle se disait : pourquoi devoir aller en Suisse pour quelque chose qui pourrait être abordé en France?"

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page