top of page
  • Marc Reisinger

Un juge fédéral ordonne à la Maison Blanche de cesser de censurer les réseaux sociaux

Dernière mise à jour : 20 août 2023

Er voici comment le New York Times – jadis connu pour sa liberté de parole - commente cette décision : « L'affaire pourrait modifier la façon dont le gouvernement lutte contre la désinformation ».


Le NYT, comme la gauche en général, se range derrière le gouvernement (feraient-ils de même derrière un gouvernement Trump ?) et qualifient la censure de « lutte contre la désinformation », sans prendre le recul qui leur permettrait de comprendre que les censeurs de tous bords ont toujours prétendu « lutter contre la désinformation ».


Le Washington Post a également critiqué la décision, affirmant que "l'ordonnance est sur le point d'avoir un effet dissuasif sur les efforts des entreprises pour se prémunir contre la désinformation". Voilà, il faut que le gouvernement dicte aux médias et aux réseaux sociaux ce qu'ils peuvent diffuser, sans quoi les pauvres sont perdus.


[NB: Il y a longtemps que New York Times et Washington Post appartiennent aux grand fonds d'investissement et ne sont plus des sanctuaires de la liberté d'expression.]


Dans sa décision, le juge a déclaré qu'il existait des "preuves substantielles" que le gouvernement avait violé le premier amendement [de la Constitution américaine, garantissant la liberté d’expression] en s'engageant dans une campagne de censure à grande échelle visant les contenus qui remettaient en question ou contrariaient les récits de l'establishment sur le COVID-19.


Dans cette décision historique le juge fédéral a temporairement interdit aux fonctionnaires de l'administration Biden et aux agences fédérales de communiquer avec des plateformes de médias sociaux.


Il a ajouté que pendant la pandémie de COVID-19, une période caractérisée par le doute et l'incertitude généralisés, le gouvernement des États-Unis semble avoir assumé un rôle similaire à celui d'un « ministère de la vérité » orwellien.


L'action en justice allègue que l'administration Biden et les agences fédérales ont collaboré avec les sociétés Big Tech et les ont « encouragées de manière significative à supprimer certains discours en faisant pression sur elles pour qu'elles s'engagent dans un « système de censure par procuration ».


Commentant la décision de mardi, Robert Kennedy Jr – candidat à l’élection présidentielle de 2024 - a déclaré :


« Il s'agit de l'une des affaires les plus importantes concernant le premier amendement dans l'histoire de notre pays : la liberté d'expression est la pierre angulaire de notre démocratie depuis la naissance de notre nation. Un président américain n'a pas le droit d'utiliser le pouvoir de la Maison Blanche pour faire taire ses détracteurs. Ces actions sont contraires à nos valeurs américaines fondamentales et déçoivent tous ceux qui, dans le monde entier, considèrent l'Amérique comme une démocratie exemplaire. »


Le procureur général de Louisiane a déclaré :


« Les faits sont choquants, avec des hauts fonctionnaires fédéraux qui ont décidé qu'ils pouvaient dicter ce que les Américains peuvent et ne peuvent pas dire sur Facebook, Twitter, YouTube et d'autres plateformes à propos du COVID-19, des élections, de la critique du gouvernement, et plus encore.


« La décision historique d'aujourd'hui est un grand pas dans la lutte continue pour interdire à notre gouvernement la censure inconstitutionnelle. Nous nous réjouissons de continuer à plaider cette affaire et nous défendrons vigoureusement l'injonction en appel ».


L'injonction cite plusieurs fonctionnaires de l'administration Biden et des agences fédérales et leur interdit de contacter les plateformes de médias sociaux dans le but « d'encourager, de faire pression ou d'induire de quelque manière que ce soit le retrait, la suppression, la suppression ou la réduction de contenus contenant des expressions libres protégées ».


Les agences citées sont le ministère américain de la santé et des services sociaux (HHS), l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, les Centres de contrôle et de prévention des maladies, le ministère de la justice (DOJ), le département de la sécurité intérieure (DHS), le département des affaires étrangères et l'Agence pour la cybersécurité et la sécurité des infrastructures (CISA).


Le juge a cité Facebook/Meta, Twitter, YouTube/Google, WhatsApp, Instagram, WeChat et TikTok dans sa décision, qui comprend une exception permettant au gouvernement de communiquer avec ces plateformes en ce qui concerne les messages contenant des activités criminelles ou des menaces pour la sécurité nationale.


Certains soulignent que : « ce n'est pas un hasard si le juge a rendu sa décision le 4 juillet. Il est extrêmement rare que des décisions de justice soient rendues à l'occasion d'un jour férié fédéral. L'injonction d'hier était une étape importante sur le long chemin qui mène à la Cour suprême... La décision d'hier marque le début de la fin du Leviathan de la censure ».



Selon CNN, "bien que M. Doughty n'ait pas encore statué sur le bien-fondé des revendications des deux États, son ordonnance [...] représente leur victoire la plus importante à ce jour dans le cadre du procès en cours".


Selon l'analyste juridique de CNN, le juge dit en substance : "Vous n'avez pas le droit, en tant qu'administration, de parler aux entreprises de médias sociaux de toute liberté d'expression protégée, à l'exception des menaces liées à la cybersécurité, à la sécurité nationale et à la criminalité", et l'analyste ajoute : "Il s'agit d'une idéologie politique conservatrice. Nous avons vu certaines des citations remettant en cause les vaccins, les masques - des points de vue conservateurs."


La liberté d'expression - le débat - est devenue une "idéologie conservatrice"...


Dans le mémorandum accompagnant sa décision, le juge a écrit que les plaignants ont « des chances de gagner sur le fond et à établir que le gouvernement a utilisé son pouvoir pour réduire l'opposition au silence », ajoutant : « Le gouvernement a utilisé son pouvoir pour réduire l'opposition au silence ».


« Opposition aux vaccins COVID-19 ; opposition au masquage et au confinement du COVID-19 ; opposition à la théorie de la fuite de laboratoire du COVID-19 ; opposition à la validité de l'élection de 2020 ; opposition à la politique du président Biden ; déclarations selon lesquelles l'histoire de l'ordinateur portable de Hunter Biden était vraie ; et opposition aux politiques des responsables gouvernementaux au pouvoir. Tous ces éléments ont été censurés. »


52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page