top of page
  • Marc Reisinger

Sept ans après, la vérité sur l’enquête Trump/Russie

Le FBI n'aurait pas dû lancer une enquête approfondie sur la campagne de Donald Trump, alors candidat à la présidence, sur la base de renseignements non vérifiés.



Trois jours après avoir été informé par des responsables australiens, en juillet 2016, que George Papadopoulos, conseiller de la campagne de Trump, avait déclaré que l'équipe de Trump avait reçu une suggestion de la Russie selon laquelle elle pourrait aider à divulguer des informations préjudiciables aux démocrates, le FBI a décidé d'ouvrir une enquête complète, plutôt que de prendre des mesures plus modestes.


Le FBI a pris cette décision alors qu'il n'a pas vérifié ses propres bases de données ni celles des autres agences de renseignement et qu'il n'a pas non plus pris les mesures habituelles avant d'ouvrir une enquête approfondie. Les agents n'ont pas non plus interrogé les diplomates australiens.


"Si le FBI l'avait fait, il aurait appris que ses propres analystes expérimentés de la Russie ne disposaient d'aucune information sur l'implication de M. Trump avec des dirigeants russes, et que d'autres personnes occupant des postes sensibles à la CIA, à la NSA (National Security Agency) et au département d'État n'étaient pas au courant de l'existence de telles preuves à ce sujet", a déclaré l’avocat spécial appointé par le Justice, Me Durham.


"Ils ont immédiatement mené une enquête approfondie", a-t-il déclaré aux membres du Congrès lors d'une audition au Capitole.


Le 31 juillet 2016, trois jours seulement après avoir reçu les informations de l'Australie, Peter Strzok, alors fonctionnaire du FBI, a ouvert une enquête approfondie sur Papadopoulos, connue sous le nom de Crossfire Hurricane. Strzok a déclaré que le directeur adjoint du FBI de l'époque, Andrew McCabe, qui a ensuite été licencié pour avoir menti, lui avait ordonné d'ouvrir l'enquête. M. Strzok a exprimé son animosité à l'égard de M. Trump à de multiples occasions, notamment en déclarant dans un SMS que "nous empêcherons" M. Trump de devenir président.


L'enquête Crossfire Hurricane a été ouverte pour déterminer si des personnes associées à la campagne étaient "conscientes des activités du gouvernement russe et/ou les coordonnaient avec lui".


Les responsables du FBI ont justifié l'ouverture rapide de l'enquête en soulignant le lien possible entre la Russie et les documents rendus publics par WikiLeaks et les tentatives d'ingérence de la Russie dans l'élection de 2016, ainsi que les propos tenus par M. Trump lors d'un événement de campagne, selon lesquels il espérait que la Russie parviendrait à retrouver les courriels manquants.


Me Durham a déclaré au Congrès que le FBI "était trop disposé à accepter et à utiliser des recherches sur l'opposition financées et coordonnées politiquement [par Hilary Clinton], telles que le dossier Steele" et que le bureau s'est appuyé sur le dossier tout en sachant qu'il y avait probablement des éléments soutenus par l'adversaire politique de Trump, même après que le président de l'époque, Barack Obama, et d'autres aient été informés des renseignements selon lesquels la campagne Clinton s'efforçait de "susciter un scandale liant Trump à la Russie".


Contrairement à plusieurs affaires similaires impliquant Mme Clinton, le FBI a choisi de ne pas informer l'équipe de M. Trump avant d'ouvrir l'enquête.

 
41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page