top of page
  • Marc Reisinger

La chasse à courre contre Trump fait monter sa popularité



Donald Trump a reçu une lettre le 17 juillet l'informant qu'il était visé par l'enquête sur l'invasion du Capitole du 6 janvier 2021.


Le procureur Jack Smith lui donnait quatre jours pour se présenter. L'ancien président pense que ce court délai pourrait signifier qu'il sera arrêté et inculpé.


En juin, le même procureur a inculpé l'ancien président pour avoir conservé de manière inappropriée des documents classifiés datant de sa présidence.


En avril de cette année, l'ancien président a plaidé non coupable à la suite d'un acte d'accusation du procureur de Manhattan, Alvin Bragg concernant la falsification présumée de documents en rapport avec l'actrice de films pour adultes Stormy Daniels.


Malgré ces affaires criminelles, ou peut-être en partie à cause d'elles, la popularité de l'ancien président grimpe en flèche, selon un récent sondage de NBC News.


L'enquête réalisée en juin auprès de 1 000 électeurs inscrits a révélé que 51 % des électeurs des primaires républicaines qui se définissent comme tels ont désigné M. Trump comme leur premier choix pour le candidat, contre 46 % en avril.


Rappelons que M. Trump a été déclaré non coupable lors d'un procès en destitution organisé par le Sénat à la suite des propos qu'il a tenus avant et pendant les événements du 6 janvier.


Une demi-douzaine d'accusés du 6 janvier ont été condamnés pour conspiration séditieuse. Selon sa définition, une conspiration séditieuse signifie qu'au moins deux personnes ont collaboré pour "renverser, mettre à bas ou détruire par la force" le gouvernement des États-Unis, s'opposer à son autorité ou empêcher l'exécution d'une loi.


Il me semble qu’une excellente occasion d’appliquer cette loi serait contre les membres du Secret Service entourant le Président Trump, qui l’ont empêché physiquement de se rendre au Capitole pour calmer les rebelles. Si cela ne constitue pas un coup de force contre le chef du gouvernement, les mots n’ont plus de sens.


En attirant l’attention sur les événements du 6 janvier, la bien-pensance anti-Trump ne commet elle pas une erreur, car il ne serait pas difficile de démontrer que cette affaire n’était qu’un piège contre Trump?


Nancy Pelosi et le maire de Washington ont refusé de disposer la Garde Nationale autour du Capitole, comme le demandait Trump; des agents du FBI ont poussé les manifestants à investir le Capitole; et on a vu que certains activistes étaient escortés comme des VIP par les services de sécurité du Capitole, des vidéos diffusées uniquement par Tucker Carlson sur Fox News, qui lui ont sans doute valu son licenciement.


Prochaines inculpations : celles de 51% des électeurs… ?

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page